Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
Retour à l'accueil
Imprimer la page |

Un culte des dromadaires en Arabie septentrionale ?

Expertise (chronologie et valorisation) d’un site de sculptures rupestres (le Camel Site)

Localisation
Province du Jawf (Arabie saoudite)
Directeurs
Guillaume Charloux (CNRS, UMR8167 Orient et Méditerranée)
Maria Guagnin (université d’Oxford, Max Planck Institute)

Le Camel Site (DAJ 155) se démarque des autres sites rupestres d’Arabie, autant par la qualité que par la singularité des représentations sculptées en bas et en haut-relief. Localisé 8 km au nord-est de Sakaka et 4,5 km du village de al-Laqâyit, près du Jibâl al-Qûwayim dans la province du Jawf (Arabie septentrionale), le site se compose de trois éperons rocheux espacés de quelques dizaines de mètres.

L’éperon central a pour particularité d’avoir un relief très marqué pouvant évoquer la silhouette d’un dromadaire. Bien que subjective, cette observation pourrait indiquer qu’il s’agit d’un point aisément repérable dans le paysage, notamment de par sa position à l’extrémité méridionale d’une chaîne de petits massifs rocheux, répartis sur environ 6 km de distance.

JPEG - 1.7 Mo
Copyright CNRS/MADAJ, G. Charloux, R. Schwerdtner

Les alentours des éperons sont relativement plats à une altitude moyenne de 570 m, sans rochers au sol et donc favorables au déplacement des hommes et des animaux. La position topographique et géologique du site entre des massifs montagneux et de vastes étendues de sable détermine des axes de circulation sud-nord reliant Sakâkâ à Zallum et sud-ouest nord-est entre la région de Sakâkâ à Suwayr ou Hudayb. Ces axes se prolongent en ligne droite vers la Mésopotamie par de longs wâdîs, notamment le wâdî Badana, via la ville d’‘Ar‘ar.

Le site nous a été signalé en 2016 par Husayn al-Khalifa, alors directeur du tourisme et des antiquités de la région du Jawf, qui le connaissait depuis trois ans. Plusieurs visites successives par les membres de la mission en 2016 et 2017 ont permis d’obtenir un premier aperçu de sa richesse.

Positionnées à l’origine en hauteur sur les parois du site, les figures animales du Camel site (12 panneaux et reliefs) illustrent exclusivement des mammifères, soit des camélidés (très vraisemblablement des dromadaires : 11 fragments pour 10 individus au minimum), soit des équidés (2, peut-être 3 individus). Dans un cas (n°5), l’identification est plus incertaine (personnage humain ?). Les dimensions des parties anatomiques (environ 1,10 m pour les jambes des dromadaires adultes) correspondent à des animaux en taille réelle, adultes (mâle et femelle probablement), mais aussi juvéniles. Les scènes reflètent un choix de thèmes variés : rencontre entre espèces (éperon n°A, n°2), scène de pâturage (éperon n°A, n°3) et défilé de dromadaires (éperons n°B et C, n°10, 12). Bien que l’on soupçonne la présence de cordes - tracés rectilignes - à deux reprises (n°2 et 7), les animaux semblent surtout figurés en position active dans un environnement naturel, où l’homme joue une place secondaire.
Si l’examen préliminaire a révélé le talent artistique indéniable des sculpteurs, la datation et la raison d’être du site, très isolé, demeurent plus difficiles à cerner. La datation des tournants de l’ère chrétienne précédemment proposée, fondée sur des arguments stylistiques, doit être considérée avec prudence. Rien ne permet en effet d’infirmer l’existence d’une longue tradition artistique propre à l’Arabie du Nord, par le seul manque d’éléments de comparaison et l’absence de prospections systématiques. Les reliefs à l’étude pourraient également remonter à l’occupation post-nabatéenne voire à des périodes antérieures, pourquoi pas la Préhistoire. Les recherches futures permettront, nous l’espérons, d’en savoir davantage.

Sans ressource naturelle, le Camel site se distingue radicalement des autres sites rupestres identifiés en Arabie et dans la région du Jawf, où figures schématiques et graffites se superposent en quantité sur plusieurs millénaires. L’absence de témoins anthropiques – inscription et mobilier archéologique -, complète cette vision atypique, à l’exception de cupules creusées sur le flanc des animaux et de silex taillés. À ce stade de la recherche, il est tentant de suggérer que les images de dromadaires sur ce site faisaient l’objet d’une forme de vénération. Le Camel site s’apparente de fait à un lieu de passage emblématique, aisément repérable sur le terrain, signalant un chemin à prendre ou le début d’une longue traversée désertique.
Sur le plan , le grès a tendance à se détériorer rapidement sous l’effet de l’érosion naturelle, à la fois en surface par des effets d’abrasion, d’alvéolisation, de piqûres et de creusements mais aussi par des fissures horizontales et verticales (stratification naturelle) plus étendues pouvant aboutir au délitage et au détachement de blocs ou de vastes pans de façades.

Ce double constat a conduit au montage d’un nouveau programme d’étude et de préservation du site à partir de fin 2018. Les travaux d’expertise porteront sur la restauration et la conservation préventive des œuvres, les possibilités de déplacement des blocs, les modalités de mise en valeur du site, et comprendront aussi un pan d’étude approfondie des sculptures et de leur contexte archéologique, des techniques de taille, la réalisation de prélèvements OSL, des datations par thermoluminescence et radiocarbone, etc.

L’expertise initiale sera effectuée sur le terrain par des chercheurs et des techniciens de disciplines et d’institutions variées :

-  Spécialiste d’art rupestre (M. Guagnin, Max Planck Inst., Berlin, codir.),
-  Archéologue (G. Charloux, UMR8167/CNRS, codir.),
-  Paléoenvironnementaliste (P. Breeze, UCL, en cours de discussion),
-  Lithicien/préhistorien (R. Crassard, Cefas/CNRS),
-  Équipe de chimistes pour l’étude des patines (M. Andreae et son équipe, Max Planck Inst., Mayence),
-  Tailleur de pierre (F. Burgos, UMR8167 Orient et Méditerranée),
-  Restauratrice (F. Dubois, indépendant),
-  Ingénieurs 3D (P. Mora et l’équipe Archéovision/CNRS),
-  Spécialiste valorisation et protection du patrimoine (P. Flohr, EAMENA, univ. D’Oxford)

La mission archéologique créée en 2018 bénéficie de nombreux soutiens institutionnels et privés, notamment :

-  La Saudi Commission for Tourism and National Heritage (SCTH), Riyadh,
-  Le département des antiquités de la province du Jawf (SCTH),
-  le CNRS (UMR8167, Orient et Méditerranée),
-  l’ERC Palaeodeserts du Max Planck Institute,
-  le LabEx RESMED,
-  le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (Commission consultative des fouilles, Mission Oasis de l’Arabie déserte, dir. G. Charloux),
-  l’ambassade de France à Riyadh,
-  la fondation Herda Genkel.

Article

Charloux G., al-Khalifa H., al-Malki T., Mensan R. & Schwerdtner R., 2018, « The Art of Rock Relief in Ancient Arabia. New Evidence from the Jawf Province », Antiquity 92/361, 2018, p. 165-182 ; DOI 10.15184/aqy2017.221

Presse

- https://www.nytimes.com/2018/02/15/science/camels-sculptures-desert-saudi-arabia.html
- https://www.franceinter.fr/histoire/des-sculptures-novatrices-de-dromadaires-decouvertes-en-arabie-saoudite
- http://www.nationalgeographic.com.es/historia/actualidad/descubren-grandes-relieves-dromedarios-unas-rocas-arabia-saudi_12385/6
- https://www.haaretz.com/archaeology/MAGAZINE-2-000-year-old-life-size-camel-art-found-in-heart-of-saudi-arabian-des-1.5812024
- https://www.lejournaldesarts.fr/patrimoine/premieres-recherches-sur-les-mysterieuses-sculptures-rupestres-en-arabie-saoudite-136159
- http://www.lapresse.ca/sciences/decouvertes/201802/27/01-5155419-mysteres-et-sculptures-de-chameaux-dans-le-desert-saoudien.php
- http://www.asianage.com/world/middle-east/280218/rock-art-and-mystery-ancient-camel-sculptures-in-saudi-desert.html
- http://premium.lefigaro.fr/culture/2018/03/01/03004-20180301ARTFIG00009-arabie-saoudite-le-mystere-des-chameaux-sculptes-il-y-a-plus-de-2000-ans-reste-entier.php
- http://gulfnews.com/news/gulf/saudi-arabia/2-000-year-old-sculpture-found-in-saudi-desert-1.2181812
- http://www.elmundo.es/ciencia-y-salud/ciencia/2018/02/20/5a8b013d268e3ebd738b47fb.html
- http://www.descopera.ro/istorie/16987790-descoperire-fara-precedent-in-desertul-din-arabia-saudita
- http://www.infogyor.hu/hirek/olvas/permalink:eletnagysagu-teveszobrok-a-sivatag-kozepen-2018-02-15-154128
- https://www.laregione.ch/culture/arte/1241359/carovana-di-cammelli-scolpita-nella-roccia-in-arabia-saudita
- https://www.sciencedaily.com/releases/2018/02/180213084405.htm

 
Sorbonne Université
Orient Méditerranée - UMR 8167
Paris Sorbonne Université
Sorbonne Université - Université Paris 1
École Pratique des Hautes Études
Centre Léon Robin sur la pensée antique
Patrimoines et Langages Musicaux
Institut de recherche et d'histoire des textes
Archéologies d'Orient et d'Occident et textes anciens (AOROC) - UMR8546

© Labex Resmed - 2014