Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
Retour à l'accueil
Imprimer la page |

Ouverture de 5 contrats postdoctoraux d’un an (2016-2017)

- Le Labex (Laboratoire d’excellence) RESMED (Religions et sociétés dans le monde méditerranéen) lance un appel à candidatures de cinq contrats postdoctoraux d’un an à partir du 1er juillet 2016.
Date limite des candidatures : 15 mars 2016.



Éligibilité

Le projet de chaque candidat devra clairement s’inscrire dans le programme scientifique du Labex RESMED.

Le candidat aura soutenu son doctorat en France ou à l’étranger depuis moins de 5 ans au sein d’une université différente des institutions fondatrices du Labex RESMED (Paris-Sorbonne, Panthéon-Sorbonne, École pratique des hautes études) ou depuis moins de 10 ans s’il/elle peut justifier d’une expérience de recherche dans une autre institution universitaire.

Dossier de candidature
Formulaire de renseignement à télécharger
Lettre de motivation
Curriculum vitae
Projet postdoctoral (5 pages au plus)
Deux lettres de recommandation
Copie électronique de la thèse si celle-ci n’a pas été publiée à la date de la candidature
Une publication significative sous format électronique
Le dossier pourra être présenté en français ou en anglais

Dépôt du dossier
Le dossier doit être envoyé au format pdf avant le 15 mars 2016 à minuit à la Directrice (beatrice.caseau@college-de-france.fr) et aux Secrétaires généraux (julie.masquelier-loorius@labex-resmed.fr et stavros.lazaris@labex-resmed.fr) du Labex RESMED. L’admission sera décidée sur dossier à la fin du mois de mai 2016.

Date de début du contrat
1er juillet 2016

Rémunération
environ 2000 €/mois

Un rapport final sera fourni à l’issue du contrat présentant la contribution du postdoctorant aux programmes du Labex RESMED.

Profils
Liste des profils post-doctorants soumis aux conseils du 12 novembre 2015.
On financera 5 candidats sur 10 profils.

  • Profil 1 (axe de rattachement : A1)

Conversions et controverses : la culture des chrétiens du Proche-Orient tardo-antique et médiéval en milieu musulman

Le travail récent sur la codicologie comparée, notamment dans le cadre du programme européen COMSt, a permis de remarquer le retard des études sur les manuscrits syriaques et garshuni (arabe en écriture syriaque). Or l’étude des manuscrits est fondamentale pour l’édition des textes, comme pour la connaissance du milieu des lettrés et la transmission de la culture chrétienne en milieu musulman. C’est dans le but de fournir un fondement à de telles études que la base de données e-ktobé a été élaborée, dans le cadre d’une collaboration entre Orient & Méditerranée, l’IRHT et le Centre de conservation du livre. Elle est maintenant hébergée par la plate-forme de l’IRHT.
Le post-doctorant recruté consacrera une partie de son temps (30%) à l’enrichissement de cette base, pour lequel il/elle sera initié(e) et accompagné(e) ; les manuscrits étudiés pourront correspondre à son thème de recherche. Dans la mesure du possible, la description sera fondée sur un examen autoptique des manuscrits. Selon son intérêt, le post-doctorant participera à la préparation de la 15e table ronde d’études syriaques dont il sera la cheville ouvrière.
Le projet de recherche personnelle proposée par le/la candidat(e) pourra porter sur l’édition critique d’un texte syriaque ou arabe chrétien. Il faut proposer un document dont le format permette l’édition ou la traduction commentée en un an. On prendra en considération les projets d’édition ou de traduction et ou encore l’annotation en français d’un texte déjà édité, Une éventuelle publication dans la collection « Bibliothèque de l’Orient chrétien » aux Belles-Lettres pourra être envisagée. Le/la candidat(e) peut aussi proposer une étude des manuscrits, que ce soit d’un point de vue matériel (codicologie) ou comme témoin de la vie d’un milieu lettré.

Le/la candidat(e) devra avoir une certaine expérience du travail sur les manuscrits et une solide connaissance du syriaque et du garshuni.

  • Profil 2 (axe de rattachement : A1)

La situation des manichéens dans le contexte intellectuel, social et politique de l’empire romain et byzantin

Dans le but d’illustrer la situation réelle des manichéens dans la société de leur temps, le/la candidat(e) peut présenter un projet sur différents aspects de la recherche actuelle, notamment les récits de conversions forcées, les formules d’abjuration grecques et latines, l’étude de la législation anti-manichéenne à travers les différents édits. Le rôle joué par les évêques, voire les papes, dans la mise en place des lois contra manichaeos pourra également constituer un sujet de recherche novateur.
Le/la candidat(e) recruté(e) devra produire, pendant cette année, un travail destiné à la publication. Il peut s’agir d’une traduction commentée d’un ou plusieurs textes ou étude thématique). Le/la candidat(e) recruté(e) devra aussi participer activement à l’organisation d’une journée d’études.

Le/la candidat(e) devra démontrer une très bonne connaissance des sources dans la langue originale, présenter un projet faisant état des objectifs poursuivis, de la méthodologie et proposer un calendrier de réalisation.

  • Profil 3 (axes de rattachement : A1, C2)

Droit religieux comparatif (judaisme, christianisme et islam, zoroastrisme)

Chacune des religions monothéistes, judaïsme, christianisme et islam, ainsi que le zoroastrisme, a développé ses traditions juridiques qui règlent non seulement des rites mais aussi des aspects de la vie quotidienne de l’individu ou de la famille, l’héritage, les relations avec les voisins, ou bien l’agriculture. Le plus souvent ses aspects sont étudiés séparément dans une seule tradition. Mais les comparaisons, les contrastes et les influences et réactions possibles entre le droit ecclésiastique des églises syriaques et le droit musulman ou le droit juif pour ne donner qu’un exemple sont fort intéressants et relativement peu étudiés.

Le/la candidat(e) recruté (e) pourra proposer un projet de recherche personnel d’étude comparée des sources juridiques dans la thématique de son choix et doit s’attendre à aider à la publication de recherches du Labex ou à organiser une table-ronde.
Le/la candidat(e) devra présenter une très bonne maîtrise d’au moins une de ces traditions juridiques et des notions avancées d’une autre tradition, avec un projet de recherche concernant le droit comparatif entre au moins deux religions.

  • Profil 4 (axe de rattachement : A2)

Sanctuaires et divinités de l’Arabie préislamique dans les inscriptions sémitiques anciennes (sudarabique, nabatéen, dédanite, taymanite, thamoudéen, etc.). Cartes de répartition et analyse

Le post-doctorant recruté s’attachera à enregistrer, dans une base de données, les mentions de noms divins attestées dans les inscriptions et les graffiti et, dans la mesure du possible, celles des noms divins utilisés dans les noms composés théophores. Il s’attachera ensuite à les cartographier, à l’aide de critères pertinents, dans un système d’information géographique (SIG), de manière à obtenir des cartes de répartition qui seront ensuite analysées et interprétées. L’objectif est de mettre en évidence les aires de diffusion des divinités attestées dans la péninsule Arabique et par là de montrer d’éventuels chevauchements de ces aires, leurs limites, les disparités dans la concentration des mentions, en vue de produire une image spatialisée du panthéon de l’Arabie préislamique. Le candidat pourra compter sur la collaboration des chercheurs de l’équipe Mondes sémitiques de l’UMR 8167, ainsi que sur les bases de données existantes, déjà disponibles en ligne pour le sudarabique et le nordarabique (dédanite et safaïtique). La publication d’une ou plusieurs cartes commentées pourrait être envisagée dès la période du post-doctorat est achevée.

Le/la candidat(e) sera déjà familier/familière d’au moins un des corpus étudiés. Il/elle devra être à même de manier au moins un logiciel de base de données et, si ce n’est déjà fait, d’acquérir les bases du maniement d’un SIG (ArcGis ou logiciel libre si cette solution est préférée).

  • Profil 5 (axe de rattachement : B2)

« Le médecin égal au dieu » : religion, éthique et pratique médicales dans les traités déontologiques du Corpus hippocratique et leur lecture galénique

Les grandes questions éthiques et à présent bioéthiques qui agitent et souvent divisent nos sociétés contemporaines ont déjà en partie été abordées par la science médicale antique. Des questions comme celle de l’avortement en particulier, de l’origine de la vie ou à l’inverse de la fin de vie n’ont pas laissé les premiers médecins indifférents. Un groupe de traités à l’intérieur du Corpus hippocratique, dits déontologiques, aborde plus particulièrement ces thèmes. Il s’agit, outre évidemment du célèbre Serment, des traités intitulés Lois, Préceptes et Bienséance (datés du début de l’époque impériale). Bien qu’envisagé dans le cadre d’une médecine rationnelle, de tradition hippocratique, le médecin qualifié de philosophe va parfois jusqu’à y être comparé à un dieu (ἰητρὸς γὰρ φιλόσοφος ἰσόθεος). Et Galien lui-même, au IIe siècle de notre ère, n’hésitera pas à qualifier Hippocrate de divin. Alors même que l’équipe Médecine grecque vient d’être le lieu d’une découverte importante, celle d’un manuscrit arabe de la Grande Mosquée de Damas nous ayant conservé plusieurs fragments du Commentaire au Serment attribué à Galien (perdu en grec), il paraît plus que souhaitable de réexaminer cet ensemble de traités dits déontologiques dans les rapports qu’ils entretiennent avec les mouvements philosophiques de l’époque, et de se pencher sur cette figure du médecin égal au dieu, elle-même annonciatrice de celle du Christ médecin.
Au moment où les enjeux de la bioéthique tendent à devenir omniprésents dans nos sociétés contemporaines, une nouvelle approche et une nouvelle lecture de cette partie déontologique de la littérature médicale antique sont donc plus que nécessaires.

Le/la candidat(e) devra témoigner d’une expérience de recherche sur les traités déontologiques en grec.

  • Profil 6 (axes de rattachement : B2, C1)

"Oracles et destinées individuelles". Approche anthropologique des sources égyptiennes pharaoniques : identification des divinités consultées et de leurs champs d’action, des caractéristiques des pratiques de divination et analyse du contenu à la lumière des sources proche-orientales, gréco-romaines et byzantines

La magie en Égypte ancienne fait partie intégrante du quotidien et est indissociable du fait religieux. La terminologie et les instruments employés montrent le lien étroit entre divination et magie ; et c’est bien un magicien qui opère en tant que devin. Les oracles sont des techniques d’interrogation des dieux et les rituels de divination permettent de matérialiser les réponses des divinités aux questions qui leur ont été posées. Ces pratiques qui font appel à l’interprétation, correspondent parfois à des applications thérapeutiques, des tirages d’objets appelés « sorts » ou encore l’observation de phénomènes dit « naturels ».
L’objectif de ce projet est de mettre en relief la constance culturelle dans l’expression de ces pratiques magico-religieuses, dans les différentes aires civilisationnelles évoquées (liste ouverte).
Ce profil s’insère ainsi dans les programmes de recherche des axes B2 (magie et médecine étant intimement liés à cette période, portée thérapeutique de certaines réponses divines) et C1 (il s’agit de destinées individuelles ou familiales, touchant de près à l’évolution de l’individu et à la place de ces pratiques magico-religieuses au sein de la communauté).

Le/la candidat(e) devra avoir une connaissance approfondie de la documentation touchant à la sphère magico-religieuse. Cela suppose qu’il/elle maîtrise la langue et les écritures égyptiennes de l’époque dite pharaonique, précédant la période hellénistique et romaine, en particulier l’écriture hiératique.

  • Profil 7 (axe de rattachement : C1)

Iconographie musicale : mise en ligne et analyse des représentations musicales médiévales du bassin méditerranéen sur le portail MUSICOMED

Dans le cadre du nouveau programme MUSICOMED, le post-doctorant recruté effectuera la mise en ligne et analysera des représentations musicales médiévales du bassin méditerranéen sur le portail MUSICOMED (ANR 2011-2015) grâce aux collaborations des chercheurs tunisiens associés au projet.
Sa mission principale consistera à identifier, cataloguer, analyser et indexer dans le portail MUSICOMED-IReMus-ResMED les images du monde méditerranéen antique et médiéval représentant les pratiques musicales rituelles et les signes du son à partir des éléments fournis par les membres de MUSICOMED.
Il pourra assurer la communication du programme MUSICOMED et collaborer pour la coordination scientifique et la préparation de la publication collective.
Il contribuera en outre à l’effort de recherche du programme et à la valorisation des résultats du travail d’indexation en vue de la publication collective du groupe MUSICOMED prévue en 2018.

Le/la candidat(e) devra être expert(e) en analyse d’image (tous supports), et être titulaire d’un doctorat en histoire de l’art antique ou médiévale ou en musicologie médiévale. Il/elle saura de plus maîtriser les techniques d’indexation iconographique.
Il/elle devra en outre connaître le domaine de l’iconographie musicale occidentale ou orientale, antique ou médiévale, et avoir des notions d’organologie et de musicologie en rapport avec la représentation de la musique et du son dans les images. Il aura enfin une connaissance solide dans les domaines de l’anthropologie, de la théologie, de la théorie musicale et de la liturgie qui lui permettront de compléter l’approche organologique par une vision contextuelle et historico-culturelle des représentations visuelles.

  • Profil 8 (axe de rattachement : C1)

La vie religieuse à Byzance de la fin des siècles obscurs jusqu’à 1204 : de l’hagiographie à la littérature homilétique et la poésie religieuse

Le Labex RESMED a développé depuis quelques années un pôle d’intérêt pour la littérature religieuse à Byzance. Des colloques (tel Culte des saints et littérature hagiographique, sept. 2015), l’invitation de professeurs comme Stéphanos Efthymiadis et Théodora Antonopoulou, le projet en construction de Bernard Flusin sur les premiers synaxaires du christianisme oriental (SynaxOr), le recrutement en 2015/2016 d’un spécialiste de l’homilétique, mais pour une période tardive (le postdoctorant Marco Fanelli) et l’appui donné à la construction d’outils de recherche (la base hagiographique grecque BHGms) sont quelques-uns des éléments qui illustrent cette recherche.
Toutefois, il nous a manqué jusqu’ici un postdoctorant susceptible de travailler sur la littérature religieuse mésobyzantine, en particulier à partir du tournant des Xe-XIe siècle, quand l’hagiographie ne se limite plus au seul genre des vitae, mais aborde des genres au rôle social plus marqué (discours d’apparat, poésie). Ce profil est relativement large : le candidat, formé au grec ancien et médieval et bon connaisseur de cette littérature religieuse, renforcerait nos équipes et serait susceptible de participer à des tâches collectives au service des projets du Labex RESMED.
Les recherches déjà en cours permettent d’établir une liste non limitative de sujets possibles pour un postdoctorant sur ce profil :
— La Vie de Pancrace de Taormine, texte longtemps débattu parce qu’on le datait de la période iconoclaste (8e-mi-9e s.) en y voyant un plaidoyer pour les images ; une thèse d’Oxford, restée inédite du fait du décès prématuré de l’auteur, remonte la date à la fin 7e s. ; ce serait alors un document de la diffusion réelle du culte des images avant l’iconoclasme, un sujet qui mérite d’être repris.
— L’établissement du Synaxaire de l’Eglise de Constantinople au 10e s. est en cours d’étude, mais l’objet est si large que toute étude sur un aspect ou un autre peut faire progresser l’ensemble.
— La revalorisation de la poésie byzantine dans les études philologiques depuis une vingtaine d’années pourrait être étendue à la poésie du 12e s., en particulier dans ce quelle révèle sur les commanditaires et les stratégies de promotion ou d’instrumentalisation de tel ou tel culte.

Le/la candidat(e) devra avoir un bon niveau de grec et être capable de publier rapidement les résultats de ses recherches à l’issue de l’année de postdoctorat.

  • Profil 9 (axes de rattachement : A1, B1, C1)

La notion d’influence dans les études sur les interactions entre religions dans l’Antiquité tardive : judaïsme, christianisme, hellénisme

Le concept « d’interaction » est devenu depuis quelques années l’une des catégories-phares pour penser les relations entre groupes religieux dans l’Antiquité, notamment dans les relations entre juifs et chrétiens, mais pas seulement. Souvent pris pour argent comptant, ce concept a pourtant des implications historiques et épistémologiques qui méritent d’être évaluées : les groupes religieux ne sont pas nécessairement en relation ; et toute relation ne prend pas la forme d’une « interaction », notion qui suppose un jeu d’influences réciproques et qui conduit à penser l’histoire des doctrines en termes de réaction à l’autre.
À rebours d’une tendance actuelle de la critique qui consiste à identifier toute forme de relation à une « interaction », ce profil invite à porter un regard critique sur la notion même d’interaction, à travers une étude de cas (sur un auteur, une œuvre ou tels groupes religieux), une réflexion d’ordre méthodologique, ou une étude historiographique. Les périodes considérées sont la période antique et la période byzantine, dans tous les domaines linguistiques, et dans la mesure où les religions considérées sont des religions de la Méditerranée.

Le/la candidat(e) devra témoigner de solides connaissances en histoire des religions dans l’Antiquité tardive.

  • Profil 10 (axes de rattachement : A1, C1, C2)

Pratiques religieuses et constitution des patrimoines ecclésiastiques d’après les actes italo-grecs du haut Moyen âge

Les archives d’Italie du Sud, monastiques ou publiques, recèlent encore une très importante quantité de documentation inédite pour le haut moyen âge. La documentation notariée italo-grecque constitue en effet, après les archives de l’Athos, le deuxième plus grand fonds médiéval en langue grecque – et même le premier pour le Moyen Âge central. Cette documentation est d’autant plus intéressante qu’elle documente la principale zone de contact entre les chrétientés grecques et latines, caractérisée par certaines formes hybrides tout à fait spécifiques. Or, au mieux, des éditions anciennes sont le seul moyen d’accès des chercheurs à ces sources pourtant majeures et qui méritent bien mieux que ces médiocres éditions, quand même celles-ci existent.
Bien entendu, cette manne documentaire concerne en premier lieu la propriété ecclésiastique, sa formation, sa consistance et sa gestion. Mais au-delà, leur étude s’avère riche d’enseignement sur l’évolution des régimes juridiques de la propriété ecclésiastique dans cette zone où se chevauchent les zones d’influences du droit byzantin de tradition romaine et des codifications germaniques. Cette riche documentation permet également d’approcher de façon concrète bien des formes de piété touchant à la perpétuation des patrimoines privés, telles que les donations pro anima, les fondations d’églises privées, l’institution de legs en faveur d’icônes etc. Enfin, les structures d’encadrement religieux de la population s’y reflètent de façon concrète, de même que les lents processus d’acculturation des communautés de tradition grecque après le retrait du pouvoir impérial. L’importance quantitative de la documentation permet de mener avec profit une confrontation systématique entre prescriptions juridiques et pratiques quotidiennes des fidèles et du clergé.
Certains fonds inédits ont bénéficié de campagnes de reproductions systématiques qui en rendent à présent possible l’édition, offrant l’opportunité au Labex de promouvoir la publication de sources d’une importance exceptionnelle. Toutefois ce travail nécessite un jeu de compétences assez rares, incluant, outre la maîtrise du latin et du grec, une bonne expérience de la paléographie des diverses écritures, grecques et latines (bénéventaine, curiale napolitaine etc.), en usage en Italie du Sud et une formation solide tant dans le domaine du droit médiéval, spécialement ecclésiastique, que des pratiques notariales sud-italiennes.

Le candidat devra être en mesure de lire l’intégralité des écritures latines. Toutes les photographies en rapport avec le projet sont disponibles.

 
Sorbonne Université
Orient Méditerranée - UMR 8167
Paris Sorbonne Université
Sorbonne Université - Université Paris 1
École Pratique des Hautes Études
Centre Léon Robin sur la pensée antique
Patrimoines et Langages Musicaux
Institut de recherche et d'histoire des textes
Archéologies d'Orient et d'Occident et textes anciens (AOROC) - UMR8546

© Labex Resmed - 2014