Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
Retour à l'accueil
Imprimer la page |

Ouverture de 3 contrats postdoctoraux d’un an. 2014-2015

- Le Labex (Laboratoire d’excellence) RESMED (Religions et sociétés dans le monde méditerranéen) lance un appel à candidatures de trois contrats postdoctoraux d’un an à partir du 1er septembre 2014.
Date limite des candidatures : 18 April 2014.

Éligibilité

Le projet de chaque candidat devra clairement s’inscrire dans le programme scientifique du Labex RESMED.

Le candidat aura soutenu son doctorat en France ou à l’étranger depuis moins de 5 ans au sein d’une université différente des institutions fondatrices du Labex RESMED (Paris-Sorbonne, Panthéon-Sorbonne, École pratique des hautes études).

Dossier de candidature
Formulaire de renseignement à télécharger.
Lettre de motivation.
Curriculum vitae.
Projet postdoctoral (5 pages au plus).
Deux lettres de recommandation.
Copie électronique de la thèse si celle-ci n’a pas été publiée à la date de la candidature.
Une publication significative sous format électronique.
Le dossier pourra être présenté en français ou en anglais.

Dépôt du dossier
Le dossier doit être envoyé au format pdf avant le 18 avril 2014 à minuit au Directeur et au Secrétaire général du Labex RESMED (Jean-Claude.Cheynet@paris-sorbonne.fr, olivier.delouis@labex-resmed.fr). L’admission sera décidée sur dossier à la fin du mois de juin 2014

Date de début du contrat
1er septembre 2014

Rémunération
2000 €/mois.

Un rapport final sera fourni à l’issue du contrat présentant la contribution du postdoctorant aux programmes du Labex RESMED.

Profils

Le projet de chaque candidat devra clairement correspondre à un des profils ci-après.

  • Profil 1. Axe B1. Milieux culturels de l’exégèse chrétienne de langue grecque

Il s’agit d’étudier comment les écrivains chrétiens des quatre premiers siècles reprennent des notions ou des pratiques de l’hellénisme (édition, théorie de l’interprétation, modes d’argumentation, philosophie) pour les adapter à leurs élaborations exégétiques et doctrinales.
Pour les textes des Pères apostoliques et apologistes l’enquête pourrait porter sur la reprise des formes convenues de la littérature et de la rationalité grecques afin de réunir en une œuvre unifiée des documents de circonstances, auparavant indépendants.
Il conviendrait aussi d’étudier, en lien avec les travaux d’Agnès Bastit, la culture d’Irénée de Lyon.
Une part importante concernerait enfin les écrivains alexandrins, Clément et surtout Origène dont des pièces inédites (Homélies sur les Psaumes) méritent un gros travail en vue d’une participation à la réflexion internationale qui est actuellement menée sur cet ensemble de première importance. L’enquête s’élargirait enfin à l’usage de la logique dans les polémiques théologiques du 4e siècle.

  • Profil 2. Axe B2. Religion et alimentation dans le monde méditerranéen : des cultes polythéistes aux monothéismes

Ce thème de recherche est destiné à se développer à l’intérieur du programme transversal porté conjointement par l’UMR "Orient & Méditerranée" et le Labex RESMED sur "Médecine et alimentation dans l’Antiquité", en lien avec les recherches déjà menées sur "La version syriaque du traité Sur les aliments composé par Hunain ibn Ishaq" (projet ERC-FLORIENTAL piloté par R. Hawley) et en appui d’un premier volet (piloté par les composantes "Médecine grecque" et "Mondes pharaoniques) sur "La conservation des aliments" (formalisé par une première Journée d’études internationales le 17 mai 2013) et du colloque (organisé en avril 2014 par B. Caseau et Hervé Monchot) sur les interdits alimentaires.
Il s’agira, en s’intéressant aux pratiques alimentaires au sens large, d’étudier les liens entretenus entre religion et alimentation depuis la production jusqu’à la consommation des aliments dans une perspective diachronique propre à faire apparaître les continuités et les ruptures entre les différentes aires culturelles et religieuses du monde méditerranéen. L’étude portera sur un ou plusieurs des aspects suivants :
- rites et coutumes élaborés autour de la culture et de la récolte (des céréales, des plantes médicinales...), rôle des incantations ;
- sacrifices animaux et rites d’abattage, répartition des viandes (prêtres, guerriers...) ;
- modes de conservation des aliments (salaison, dessication, vinification...) ;
- régimes alimentaires distinctifs (hommes, femmes, enfants...), nourritures des dieux et nourritures des hommes, recettes (culinaires, pharmacologiques, magiques...), interdits alimentaires (fèves, ergots de seigle, viande porc...), conduites déviantes (anthropophagie...).

  • Profil 3. Axe C1. Musique, rituel, sociabilité sur l’aire culturelle de l’ex-empire ottoman

Sur toute l’aire de l’ancien empire ottoman, la sociabilité festive musicale porte un nom prédominant, muhabbet, littéralement "amour" (de l’arabe, tout comme "agape", du grec, en français), forme intime et domestique de certains rituels institutionnels comme le djem des Alevi-Bektashi) ; on trouve également d’autre noms pour désigner ces réunions, comme yaranlık/yarenlik, littéralement "le rendez-vous des amis", du persan yar, l’ami, le(la) bien-aimé(e) ; la consommation d’alcool, licite ou non (en milieu bektashi elle fait partie du rituel) peut accompagner ces réunions festives, qui bien souvent illustrent également une micro-politique, selon les contenus des poèmes chantés. Nous invitons ceux qui étudient ces "rites d’interaction" dans l’ensemble de l’aire culturelle correspondant à l’ancien empire ottoman de bien vouloir présenter un dossier.

  • Profil 4. Axe C1. Recherches sur les fêtes religieuses en Méditerranée à la fin de l’Antiquité et au début du Moyen âge (1er- 10e siècle).

Sont invités à présenter un dossier ceux que le sujet des fêtes religieuses de cette période de l’histoire intéresse. Parmi les projets qui entrent dans ce profil on retiendra ceux qui se penchent sur la question de la participation aux fêtes religieuses de membres d’une autre religion ou d’un autre groupe de la même religion : par exemple la participation des chrétiens aux fêtes juives ou païennes, celle des hérétiques aux fêtes religieuses des communautés qui se proclament orthodoxes, celles des musulmans aux fêtes chrétiennes. Les sources qui évoquent cette participation ou les restrictions à la participation entrent dans ce champ d’étude. Seront aussi considérés pour ce profil ceux qui s’intéressent à la sociabilité et au déroulement des fêtes. Les pratiques alimentaires, les chants et danses ayant lieu à l’occasion de ces fêtes pourront aussi entrer dans ce profil. La personne retenue participera à l’organisation d’un colloque et au travail éditorial sur les thèmes de l’axe C1 sociabilité religieuse.

  • Profil 5. Axe C2. Religion et pratiques sociales : l’entraide en terrain multiconfessionnel

Cette recherche portera sur l’entraide entre groupes sociaux dans les milieux urbains multiconfessionnels à l’époque médiévale. Qui sont les acteurs sociaux donataires ou assistés, quels sont leurs niveaux économiques et leurs positionnements religieux et politiques ?
On étudiera l’aide aux groupes sociaux en détresse économique mais aussi les solidarités de groupe dans des projets d’enrichissements. On se demandera si un lien préalable est nécessaire pour que le processus de l’aide se mette en place et quel type de lien ces aides génèrent (reconnaissance morale, dette matérielle, rapport clientéliste…). De quelles sociabilités ces pratiques rendent-elles compte ? Une fois mises en place, modifient-elles, les rapports sociaux ?
Comment se fait l’assistance aux nécessiteux dans les diverses communautés ? Quels sont les supports institutionnels ? Quelle est l’implication du pouvoir politique dans ces pratiques sociales, que ce soit en ce qui concerne la confession des dominants ou celle des « minorités » ? Y a-t-il une aide intercommunautaire ou, au contraire, ce type de relation est-elle strictement intra-groupe ? Quelles frontières sociales délimitent cette aide ? L’aide économique contribue-t-elle à renforcer les frontières sociales ? À l’intérieur d’une même confession, quelles sociabilités nouvelles et quelles limites infranchissables ces dispositifs révèlent-ils ? Au fond, en quoi l’entraide est-elle le reflet des structurations du corps social et en quoi contribue-t-elle à l’évolution de cette structuration ?
Les questions quantitatives doivent être explorées : montants, flux, intérêt… mais elles ne seront pas le but ultime de cette recherche qui prendra les éléments économiques comme des indicateurs sociaux, et comme des marqueurs des comportements sociétaux. Quels sont les interdits, les limites, les transgressions à l’œuvre que l’historien(ne) peut percevoir grâce à cette question de l’entraide ? Et qu’est-ce que l’étude de ce phénomène peut apporter à la connaissance d’une société multiconfessionnelle ?

- Télécharger la fiche de candidature (format .doc)
- Télécharger la fiche de candidature (format .pdf)

 
Sorbonne Université
Orient Méditerranée - UMR 8167
Paris Sorbonne Université
Sorbonne Université - Université Paris 1
École Pratique des Hautes Études
Centre Léon Robin sur la pensée antique
Patrimoines et Langages Musicaux
Institut de recherche et d'histoire des textes
Archéologies d'Orient et d'Occident et textes anciens (AOROC) - UMR8546

© Labex Resmed - 2014