Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
Retour à l'accueil
Imprimer la page |

Mission Igîlîz (Maroc)

Sur proposition de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, le Grand Prix d’Archéologie 2015 de la Fondation Simone et Cino Del Duca a été décerné à la mission archéologique franco-marocaine d’Igîlîz (Maroc)

- Responsables : J.-P. Van Staëvel (Université Paris IV – Sorbonne ; UMR 8167, Paris), A. Fili (Université d’El Jadida ; UMR 5648, Lyon) et A. S. Ettahiri (INSAP, Rabat)

- En 2012 - Une mission d’étude sur le site de l’actuelle zâwiya de Moulay Abdallah, à une douzaine de km au sud d’El Jadida (Maroc) sur la côte atlantique a été lancée. L’agglomération actuelle abrite les vestiges de l’un des plus célèbres ribât-s du Maroc médiéval : Tît-n-Fitr (ou Tît). Fondé par la famille des Amghâriyîn, célèbre famille de soufis, cette implantation religieuse a joué un rôle important dans la diffusion du soufisme au Maghreb extrême à partir du 12e siècle. C’est durant la même période que le site connaît une phase de construction remarquable. Des ruines remontant à cet état médiéval subsistent encore : l’enceinte de l’agglomération, ses portes, et surtout deux minarets, dont le décor rappelle celui des grandes mosquées impériales de l’époque almohade (deuxième moitié 12e siècle). Malgré son importance historique et l’état de conservation de ses vestiges, le ribât de Tît n’a donné lieu qu’à une étude préliminaire, de grande qualité certes, mais qui remonte à 1932 (cf. Basset, Terrasse, Sanctuaires et forteresses almohades, 1932, rééd. 2001). Le travail entrepris par la mission archéologique Îgîlîz dans le Sud marocain ouvre de nouvelles perspectives sur l’étude de ces complexes religieux ; c’est la raison pour laquelle il semble indispensable de reprendre les recherches sur le site de Tît. Deux visites sur le terrain en novembre et décembre 2012 ont permis de réunir des matériaux qui ont été exposés lors de la table ronde sur Ribât-s et râbita-s du Maroc médiéval et d’al-Andalus : débats en cours et recherches récentes (El Jadida, 4-5 décembre 2012).

- Un colloque international a été organisé en relation avec les activités scientifiques de la mission Îgîlîz portant sur Ribât-s et râbita-s du Maroc médiéval et d’al-Andalus : débats en cours et recherches récentes. La question centrale abordée dans le cadre de cette rencontre scientifique entrait en résonance directe avec les travaux archéologiques menés à Îgîlîz : si le ribât, institution médiévale au sein de laquelle les dévots musulmans se livraient à la fois à des exercices spirituels et à une veille militaire entrant dans le cadre du devoir de jihâd, a suscité une littérature scientifique pléthorique, ses aspects matériels, pour le Maghreb extrême, demandent encore à être explicités, au regard des remarquables perces réalisées sur le sujet par les archéologues espagnols et portugais au long des vingt dernières années. L’organisation du colloque international d’El Jadida permettait de réunir, pour la première fois, des spécialistes des deux rives du Détroit autour de cette question commune.

Le colloque a bénéficié d’un financement apporté par la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Université Chouaib Dokkali d’El Jadida, et le Labex « Religions et Sociétés dans le Monde mediterranéen Méditerranéen » (RESMED)

 
Sorbonne Université
Orient Méditerranée - UMR 8167
Paris Sorbonne Université
Sorbonne Université - Université Paris 1
École Pratique des Hautes Études
Centre Léon Robin sur la pensée antique
Patrimoines et Langages Musicaux
Institut de recherche et d'histoire des textes
Archéologies d'Orient et d'Occident et textes anciens (AOROC) - UMR8546

© Labex Resmed - 2014