Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
Retour à l'accueil
Imprimer la page |

Mission documentaire de Nisibe

- Responsable : Justine Gaborit

Détail du décor de l'encadrement d'une porte de la façade sud
- Coordonnées : lat 37.074953°/ long : 41.215278°

La mission d’étude sur l’église de Mar Yaqʿub a commencé en septembre 2012 dans le cadre d’une collaboration entre la municipalité de Nusaybin et le laboratoire Orient et Méditerranée pour la mise en mise en valeur du patrimoine culturel de Nisibe.
Monument symbolique du développement de la communauté syriaque de l’antique Nisibis, elle est liée à Saint Jacques Mar Yaqʿub, évêque de Nisibe de 308 à 338, dont le tombeau, un sarcophage de marbre, est abrité dans la crypte sous la nef centrale. Par ailleurs, différents témoignages épigraphiques relient l’édifice à l’école théologique de Nisibe, dont le premier commentateur ou directeur de ce collège était Ephrem le Syrien jusqu’en 363.

Une inscription grecque, découverte en 1837 sur la façade sud de l’église et publiée par E. Herzfeld en 1920, la désigne comme le baptistère construit et achevé du temps de Vologèse évêque de Nisibe en 671 de l’ère séleucide soit en 359 apr. J.-C. À partir de nouveaux indices fondés sur la chronologie du bâti, l’analyse stylistique du décor, rendue possible par la constitution d’une nouvelle documentation iconographique, il sera possible de restituer l’évolution du monument et en particulier de déterminer l’origine de l’église, son plan, sa fonction et sa date de construction.
Collaborateurs en 2012 : Gérard Thébault, géomètre-expert DPLG ; A. Oruç, archéologue municipal de Nusaybin , Ephrem Issa Youssif, historien et interprète ; Alain Desreumaux, Directeur de recherche CNRS

-  En 2013 une mission de relevés et de dessins a été menée au moins de juin (3 semaines), pour finaliser le plan d’ensemble du bâtiment effectué en octobre2012.
Les relevés archéologiques ont permis d’établir la chronologie du bâti et en particulier les trois phases les plus anciennes de l’église entre le IVe s. et le VIIIe s. Les dessins réalisés à échelle 1/10e ou 1/20e selon la complexité des motifs ont été réalisés sur tous les champs architecturaux qui portent le décor à motifs végétaux, hautement significatifs pour l’église et l’histoire de l’art syro-mésopotamien. Ainsi plus de 16 motifs végétaux et floraux ont été répertoriés, étudiés et dessinés (rinceaux, bouquet et gerbes). Cet examen minutieux du répertoire iconographique, des techniques de taille et de pose n’avait jamais été réalisé avant, en dépit de la célébrité du monument. Cette campagne a donc mis en valeur de nombreux faits inédits comme la présence d’oiseaux dans les rinceaux de vigne. Un bilan préliminaire du travail de la mission de Nisibe a été présenté lors du symposium international qui s’est tenu au centre culturel de Nusaybin (communication J. Gaborit, A. Desreumaux).

Membres de la mission en 2013 : J. Gaborit (UMR 8167 archéologue, responsable), A. Desreumaux (CNRS, épigraphie syriaque), D. Feissel (CNRS, épigraphie grecque), E. Youssif (études historiques), G. Thébault (topographie, étude architecturale), B. Riba (dessin, étude stylistique), K. Al-Hamid (dessin).

- Partenaires : UMR Orient & Méditerranée (Labex Resmed et ANR SYRAB) ; Mairie de Nusaybin

Vue de l'église de Mar Yaqʿub depuis le sud-ouest

 
Sorbonne Université
Orient Méditerranée - UMR 8167
Paris Sorbonne Université
Sorbonne Université - Université Paris 1
École Pratique des Hautes Études
Centre Léon Robin sur la pensée antique
Patrimoines et Langages Musicaux
Institut de recherche et d'histoire des textes
Archéologies d'Orient et d'Occident et textes anciens (AOROC) - UMR8546

© Labex Resmed - 2014